thèmes de recherche

Typologie des sociétés

Depuis presque un siècle et demi que l'anthropologie moderne est née, nous avons accumulé des connaissances considérables, et des ethnographies merveilleuses nous entretiennent en détail des us et coutumes les plus étranges en provenance des peuples les plus lointains. Mais la théorie est encore au berceau. Pour qualifier les sociétés dont elle a longtemps privilégié l'étude, l'ethnologie ne dispose encore que de labels incertains : sociétés "simples", sociétés "sauvages", sociétés "primitives". Et si tout le monde comprend bien que les Amazoniens, les Aborigènes australiens, les Indiens des Plaines, etc., ont inventé des formes sociales très différentes des nôtres, ou même très différentes de celle de l'Empire Romain, nous ne savons pas encore dire précisément en quoi elles diffèrent.

Toute science, dans la mesure où elle se prétend telle, commence au moins par classifier ses objets. C'est à cette tâche qu'il convient de s'atteler, en sachant qu'elle ne sera pas facile, et sans se couper des autres disciplines sociales qui, chacune, avec ses données propres, ses problématiques, étudient les sociétés d'autres horizons.

Nous nous appuierons, bien sûr, sur les quelques concepts anthropologiques que nous avons redéfinis : formes du don et de l'échange, formes de la propriété de la terre, modes de dépendance tels que l'esclavage, etc. Mais ce projet ne saurait être limité au seul cadre de l'anthropologie et nous mobiliserons largement, quand le besoin s'en fera sentir, telle ou telle notion empruntée au droit, à la sociologie ou à l'histoire.

Principale publication :

 

haut de page